Témoignage

Imen Amouri, docteur en sciences biologiques

Inscrite au programme de requalification des doctorants à l’Université de Sfax, elle travaille aujourd'hui sur son projet professionnel : un laboratoire d'analyses microbiologiques

Imen Amouri

J’ai eu connaissance de ce programme par le biais de l’Association Tunisienne des Docteurs et Doctorants en Sciences (ATDocS) dont je suis un membre actif.

J’ai souhaité y participer pour 2 raisons :
J’avais des connaissances et compétences académiques que je souhaitais exploiter hors de l’enseignement universitaire et je désirais acquérir de nouvelles compétences professionnelles pour m’ouvrir des opportunités de travail supplémentaires.

Grâce à ce programme, j’ai été en contact direct avec des professionnels qui m’ont aidée à affiner mon projet. J’ai aussi beaucoup apprécié les formations en management de projets, management de la qualité ainsi qu'en anglais de communication et j’ai finalement compris que le problème de l’insertion professionnelle des docteurs ne réside pas au niveau de la thématique qu’ils maîtrisent mais au niveau :

  • du doctorant qui doit apprendre à connaître le besoin de l’industriel et développer des projets de recherche adéquats
  • de l’industriel qui doit exploiter les compétences du docteur et l’intégrer dans son processus entreprise. 

Aujourd’hui, je travaille sur mon projet professionnel qui consiste à mettre en place un laboratoire de prestation de services en analyses microbiologiques.

Je conseille aux doctorants de suivre de tels programmes de formation car ils assurent une transition du monde académique (travaux de recherche en thèse) vers les secteurs d’application et ils permettent au candidat de se positionner sur des niches d’emploi qui n’étaient pas a priori claires et explicites.